À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Dernières nouvelles

Communiqué

Audiences en Cour supérieure du Québec: Demande d'injonction visant la mine d'or Canadian Malartic

Invitation des médias

Val d’Or, 10 mars 2017. Les représentants des médias sont invités aux audiences publiques de la demande en injonction interlocutoire qui vise la mine Canadian Malartic, la plus grande mine à ciel ouvert au Canada située en milieu habité. Les audiences publiques débuteront lundi, 13 mars, au palais de justice de Val-d’Or, à compter de 9h00. Pour l’occasion, des représentants du Comité citoyens de la zone sud de Malartic seront présents pour répondre aux questions des médias. Des représentants du ministère de l’Environnement et de la Coalition Québec meilleure mine devraient également être présents. C’est le bureau d’avocats Trudel Jonhston Lespérance (TJL) qui représente les citoyens.

Quand : Lundi 13 mars 2017, 9h00am
Où : Palais de justice de Val d’Or
Quoi : Audiences publiques de la demande en injonction visant la minière Canadian Malartic
Qui : Représentants du Comité de citoyens de la zone sud de Malartic, du ministère de l’Environnement et de la Coalition Québec mine.

Communiqué

Alors qu’une minière poursuit Québec, plus de 2000 citoyens appuient la Nation Algonquine du Lac Barrière

Mots-clés:

Source: Nation Algonquine du Lac Barrière

Québec, jeudi 16 février 2017. Alors que la minière Copper One entame des procédures judiciaires contre Québec, plus de 2000 citoyens ont signé une pétition qui a été présentée ce matin à l’Assemblée nationale du Québec en appui à la Nation Algonquine du Lac Barrière. La pétition, déposée officiellement par la députée Manon Massé, appelle le gouvernement du Québec à suspendre les activités minières et à mettre en œuvre une entente de cogestion des ressources renouvelables sur l’ensemble du territoire ancestral de la Nation Algonquine du Lac Barrière.

Communiqué

L’acceptabilité sociale et les audiences publiques : Quels sont les enjeux ?

Regroupement Vigilance Mine de l’Abitibi-Témiscamingue

Belcourt, jeudi le 2 février 2017. Le Regroupement Vigilance Mine de l’Abitibi-Témiscamingue est très préoccupé par le dépôt des orientations du Ministre de l’énergie et des ressources naturelles (MERN) en matière d’acceptabilité sociale, ainsi que par l’annonce du projet de loi 102 qui pourrait modifier la portée des consultations citoyennes du Bureau des audiences publiques (BAPE).

La combinaison de ces dossiers pourra transformer significativement le pouvoir d’influence des citoyens. L’acceptabilité sociale est un concept flou sans balise juridique. Personne ne peut identifier des critères précis qui détermineraient si un projet est acceptable ou non. Il est donc impossible de contester légalement les décisions de développement de projet minier sous cet angle.

Communiqué

Résolution unanime: Les Premières Nations jugent la Loi sur les mines du Québec «inconstitutionnelle»

Québec, jeudi 2 février 2017. La Coalition Québec meilleure mine prend acte de la résolution qui a été adoptée de façon unanime, hier après-midi, par l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) concernant « l’inconstitutionnalité » de la Loi sur les mines du Québec.

« Les Nations autochtones ont raison de dénoncer la Loi sur les mines du Québec. Malgré les modifications apportées à la loi en 2013, cette dernière ne respecte toujours pas les obligations constitutionnelles et internationales en matière de consultation, d’accommodement et de consentement des communautés autochtones », affirme Ugo Lapointe, coporte-parole de la Coalition Québec meilleure mine et coordonnateur à MiningWatch Canada.

Communiqué

Des Nations Algonquines dénoncent la Loi sur les mines du Québec

Jeudi, 26 janvier 2017. Réunies ce matin en conférence de presse à Val d’Or, des Nations Algonquines unissent leur voix pour dénoncer la Loi sur les mines du Québec et les impacts qu’elle occasionne sur leurs droits ancestraux et territoriaux. Les Algonquins demandent au gouvernement du Québec de revoir les fondements mêmes de la loi, qui sont à leur avis non constitutionnels.

« Nous sommes confrontés, encore aujourd’hui, à des claims miniers et à des projets miniers pour lesquels nous n’avons jamais été informés, consultés, ou donné notre consentement, » dénonce le Chef Casey Ratt de la Nation Algonquine du Lac Barrière, qui a convoqué la conférence de presse.

Syndiquer le contenu