À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Donner plus en déboursant moins!

Objectif: 50 000 $

Campagne pour un Québec sans uranium:

L’amiante tue:
cessons d’être complices!

Non merci à une économie radioactive!

Dernières nouvelles

Communiqué

Prix reconnaissance "Les Allumettières"

Samedi dernier, Ugo Lapointe a reçu le Prix reconnaissance « les Allumettières » de la Fédération intercoopérative de l’Outaouais, entre autres pour l’engagement et le travail de la Coalition Québec meilleure mine et de MiningWatch Canada!

« Je remercie la Fédération intercoopérative pour ce prix tout aussi inattendu qu’apprécié. Ça fait vraiment chaud au cœur. À l’instar de ces « Allumettières », pionnières du premier mouvement syndical des femmes au Québec il y a plus de 100 ans, je souhaite dédier ce prix aujourd’hui, notamment en cette fête nationale des Nations Autochtones, à toutes ces personnes qui luttent pour un monde meilleur, plus juste, plus équitable, dans le respect de l’eau, de l’air et de la nature qui nous enveloppent, car la lutte est souvent longue, difficile et semée d’embûches. » Ugo Lapointe, cofondateur de la Coalition Québec meilleure mine et coordonnateur à MiningWatch Canada.

Communiqué

Investissement Québec, Ministre Fitzgibbon et vente de North American Lithium: Demande d'enquête de la Vérificatrice générale du Québec

field_soustitre[0]['view']; ?>

Par la présente, le Regroupement Vigilance Mines de l’Abitibi et du Témiscamingue (Revimat) dépose à la vérificatrice générale du Québec une dénonciation et demande conséquemment la tenue d’une enquête sur la vente de la mine North American Lithium (NAL) aux minières étrangères Sayona Mining et Piedmont Lithium.

Notre demande s’appuie sur plusieurs considérations hautement préoccupantes.
Tout d’abord, on apprend, par la Presse, qu’Investissement Québec a préféré l’offre conditionnelle de 60 millions de dollars de Sayona Mining et de Piedmont Lithium plutôt que celle de Central America Nickel de 169 millions. Les 109 millions manquant ont plus l’apparence d’un avantage financier que le gouvernement offre aux deux minières. Autrement dit, le gouvernement financerait 109 millions afin de faire construire une usine de transformation du spodumène en hydroxyde de lithium; un avantage qu’il ne semble pas avoir offert aux autres soumissionnaires.

Communiqué

Éviter un «virage vert» les paradis fiscaux

Alors que Québec et Ottawa prévoient des dizaines de milliards pour soutenir la relance économique et la transition énergétique, des financiers aux dents longues flairent la bonne affaire. Au premier chef : des spéculateurs miniers bien implantés dans les paradis fiscaux.

Surexcités par le boom de la demande pour les métaux devant alimenter un nombre croissant de méga-usines de batteries dans les Amériques et en Europe, plusieurs nouveaux magnats du secteur minier salivent devant les milliards en subventions qu’on agite sous leur nez.

L’un des cas les plus préoccupants au Québec est celui du groupe Pallinghurst, derrière la reprise de Nemaska Lithium et principal actionnaire privé de la minière Nouveau Monde Graphite.

Selon les données issues des Paradise Papers, ce groupe est associé à plusieurs entités enregistrées dans des paradis fiscaux notoires, dont l’île anglo-normande de Guernesey, les îles Caïmans, le Luxembourg, le Delaware et Saint-Christophe-et-Niévès.

Communiqué

Québec autorise la plus grande mine de graphite du continent, collée sur le Parc national du Mont-Tremblant

Montréal/Saint-Michel-des-Saints, 10 février 2021 – Une coalition d’élus, de citoyens et d’organismes regroupés sous la bannière de « Pour que le Québec ait meilleure mine! » dénonce la décision de Québec d’autoriser une méga mine à ciel ouvert en zone touristique, collée sur le Parc national du Mont-Tremblant et le Parc régional du Lac Taureau. Ils réagissent au décret d’autorisation de la mine de Nouveau Monde Graphite publié ce matin par Québec.

« Après l’analyse du décret, nous constatons que Québec a décidé de fermer les yeux sur plusieurs études manquantes concernant les risques de pollution de l’eau, la gestion de déchets acides et à l’impact de cette mine dans ce milieu hautement valorisé pour le tourisme », affirme Ugo Lapointe, porte-parole de la coalition et coordonnateur à MiningWatch Canada.

Communiqué

Avis juridique sur la mine du Lac Bloom : Québec a le pouvoir d’empêcher la destruction des lacs

Mardi, 17 novembre 2020. Alors que s’ouvrent aujourd'hui les audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) portant sur le projet d’agrandissement de la mine Lac Bloom, les organismes Eau Secours, Fondation Rivières et Québec meilleure mine dévoilent une nouvelle étude et un avis juridique qui démontrent clairement que Québec a le pouvoir légal de refuser que soient transformés en poubelles à résidus miniers les 8 lacs ciblés par Champion Iron.

Contrairement à ce que prétend l’initiateur du projet, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) ainsi que le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) disposent de tous les pouvoirs légaux, en vertu de la Loi sur qualité de l’environnement et de la Loi sur les mines, pour interdire la destruction de milieux naturels et exiger des solutions de rechange.

Syndiquer le contenu