À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Une coalition demande une large consultation publique

Communiqué

field_soustitre[0]['view']; ?>

AMHB: mine fermée Armfield

La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! demande qu’une commission parlementaire élargie soit tenue concernant les amendements prévus à la Loi sur les mines du Québec, dont le dépôt à l’Assemblée nationale est envisagé en début novembre. De plus, afin d’aborder des enjeux sociaux et environnementaux qui dépassent largement l’application de la seule Loi sur les mines, la coalition demande au gouvernement de mettre sur pied une commission d’enquête publique sur le secteur minier québécois, du type de la Commission Coulombe et de la Commission Pronovost qui ont été tenues pour les secteurs forestier et agricole. La coalition fait cette intervention le jour même où les autorités du ministère des ressources naturelles comparaissent à la Commission de l’administration publique pour répondre au rapport accablant du Vérificateur général sur la gestion des mines.
Dans une lettre acheminée à la ministre et au ministre délégué aux Ressources naturelles et la Faune (MRNF), madame Nathalie Normandeau et monsieur Serge Simard, la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! a dit accepter l’invitation du ministère « de participer à des consultations préliminaires concernant la réforme prochaine de la Loi sur les mines du Québec », tout en soulignant du même souffle que « les événements récents nous rappellent que les enjeux liés au secteur minier québécois sont beaucoup trop importants pour n’être considérés que dans des consultations préliminaires privées auprès de certains organismes intéressés et choisis».

Selon Ugo Lapointe du Forum de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM « Plusieurs questions doivent être abordées de front pour établir de nouvelles bases, éviter les erreurs du passé et créer un secteur minier dont tous les québécois pourront être fiers, incluant les générations futures ». La coalition se questionne notamment sur les redevances minières qui sont insuffisantes pour compenser la perte de ces ressources non renouvelables, ainsi que sur les sites miniers contaminés et abandonnés, dont la facture officielle frôle les 300 M$ pour les contribuables québécois. Ajoutons à cela les questions de contrôle et de suivi environnemental des projets miniers qui sont nettement inadéquats, celles des droits miniers qui ont préséance sur d’autres types de droits et qui empêchent une gestion intégrée du territoire, ainsi que celles de l’exploitation possible de l’uranium et de plusieurs méga mines à ciel ouvert de type « fort tonnage faible teneur », dont les répercussions sociales et environnementales soulèvent des enjeux éthiques fondamentaux.

Pour Christian Simard de Nature Québec « Les enjeux miniers concernent l’ensemble des québécois. Et, ils doivent avoir accès à toute l’information nécessaire pour encourager leur gouvernement à prendre des décisions éclairées dans ce secteur qui a fait l’objet de vives critiques de la part des citoyens et des organismes sociaux et environnementaux au cours des deux dernières années, notamment suite au rapport du Vérificateur général en avril dernier et au rapport du BAPE pour le projet Osisko ». « S’ajoute à cela les nombreux travaux d’exploration d’uranium qui ont cours un peu partout sur le territoire québécois et qui suscitent l’ire de milliers de citoyens qui réclament un moratoire sur l’exploration de ce métal radioactif au Québec » rajoute François Lapierre du Réseau québécois des groupes écologistes.

La coalition a rencontré, hier, les représentants du MRNF et communiquera prochainement ses préoccupations et ses recommandations préliminaires à la ministre et au public.

PDF - Communiqué : Gestion des mines au Québec