À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Sondage Léger sur Mine Arnaud : 63% des Septiliens demandent aux élus de respecter le BAPE et de ne pas appuyer le projet à ce stade

Communiqué

 Sept-Îles, lundi 10 mars 2014. Suite au récent rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), un nouveau sondage Léger révèle que 63% des Septiliens demandent aux élus du conseil municipal de respecter le rapport du BAPE et de ne pas appuyer le projet Arnaud à ce stade. Le sondage indique également que 76% des Septiliens ont confiance au BAPE, contrairement à 35% pour les élus.

 
« De toute évidence, le rapport du BAPE n’a pas rassuré la population. Une forte proportion de Septiliens demande à leurs élus de respecter le rapport du BAPE et de ne pas appuyer le projet dans l’état actuel des connaissances. Les Septiliens demandent à leurs élus de ne pas banaliser le rapport du BAPE » affirme Ugo Lapointe de la coalition Québec meilleure mine, l’organisme qui a mandaté la firme Léger pour ce sondage.
 
Le sondage indique également que 76% des Septiliens ont entendu parler du rapport du BAPE, mais que seulement 10% l’ont lu. « Ces résultats indiquent qu’il y a encore beaucoup d’informations auxquelles la population n’a pas accès, notamment concernant les nombreux feux rouges du BAPE. Ça indique également que la campagne de relation publique de ceux qui veulent « à tout prix » le projet Arnaud ne semble pas fonctionner. La population est assez intelligente pour faire la part des choses, ça nous rassure » affirme  Karine Bond, du Comité citoyens du canton Arnaud.
 
Séances d’informations publiques réclamées
« Ça vaudrait sans doute la peine de tenir des séances d’informations publiques pour éplucher le rapport du BAPE afin que la population soit pleinement informée des risques et dangers du projet. Nos élus locaux ne peuvent pas appuyer ce projet en notre nom alors que le rapport du BAPE est négatif, que la population est divisée et qu’il y a encore beaucoup d’inquiétudes face aux impacts du projet Arnaud » ajoute  Marc Fafard, de l’organisme SISUR à Sept-Îles.
 
76% des Septiliens ont confiance au BAPE
Le sondage révèle également que 76% des Septiliens ont confiance au BAPE, contrairement à 35% pour les élus. Les organismes environnementaux (67%) et les organismes de défense citoyens (60%) suivent non loin derrière. « Nous sommes très heureux de constater que les gens nous font confiance et qu’ils font surtout confiance au BAPE » constate M. Lapointe.
 
Rappelons que le BAPE a conclut que le projet de mine à ciel ouvert Arnaud « n’est pas acceptable dans sa forme actuelle » pour des raisons d’environnement, de santé et de sécurité publique. Le BAPE constate également « l’absence d’un consensus social » et « la polarisation de la population ». Le BAPE remet aussi en question la viabilité économique du projet dans un contexte baissier du prix du phosphate et d’un « engorgement » de l’offre mondiale.
 
Le sondage a été réalisé par voie téléphonique auprès de 300 personnes du 4 au 6 mars derniers et comporte une marge d’erreur de 5,6%, 19 fois sur 20. Le sondage complet sera remis au conseil municipal en début de séance lundi.
 
Risques et impacts du projet en bref
Mine Arnaud propose d’exploiter l’une des plus grandes mines à ciel ouvert jamais exploitée en milieu habité au pays, située à l’entrée de la ville de Sept-Îles (population 28 000), à quelques centaines de mètres des plus proches résidences et de la baie de Sept-Îles (eaux du fleuve). Le BAPE conclut qu’au moins « 2000 à 4000 tonnes de contaminants » seraient déversées dans la baie de Sept-Îles ; que les eaux souterraines sont menacées ; que plus de 400 millions tonnes de stériles et de résidus miniers seraient laissées derrière ; qu’un déversement minier ou un glissement de terrain entraînerait des conséquences « très graves » pour la population et l’environnement ; que des normes de pollution ne seraient pas respectées concernant le manganèse dans l’air, les poussières fines et l’effluent minier ; et que les lois actuelles n’empêcheraient pas le promoteur d’agrandir le projet une fois les autorisations émises, ce qui aurait pour effet d’augmenter de façon importante les impacts du projet, sans que de nouvelles évaluations publiques ne soient menées.
 
—30 —
 
Pour information :
·         Ugo Lapointe, porte-parole coalition Québec meilleure mine!, 514-708-0134
·         Karine Bond, Comité citoyens du canton Arnaud, 418-583-2455
·         Marc Fafard, SISUR à Sept-Îles, 418-961-3517