À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

LES PARTIS APPELÉS À SE PRONONCER CLAIREMENT

Communiqué
Mots-clés:

field_soustitre[0]['view']; ?>

Montréal, jeudi 16 août 2012. Dans une lettre et un court questionnaire envoyés mardi à sept partis politiques en lice pour les élections québécoises, les membres de la coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! demandent aux partis de se prononcer clairement sur la façon dont ils comptent encadrer le secteur minier s’ils sont élus. « Alors que le Québec vit depuis quelques années le plus grand boum minier de son histoire, la vieille Loi sur les mines n’a toujours pas été réformée et de nouvelles mines démarrent encore aujourd’hui sans évaluation environnementale, sans consultation publique et sans garanties financières pour assurer la restauration complète des sites miniers une fois l’exploitation terminée. C’est inconcevable en 2012 et il est urgent qu’un nouveau gouvernement agisse rapidement pour corriger cette situation » affirme Ugo Lapointe, porte-parole de la coalition Québec meilleure mine!

« Des citoyens et des familles de toutes les régions du Québec vivent actuellement des situations très difficiles à proximité de projets miniers. Que ce soit dans le Nord ou dans le Sud du Québec, il est urgent de réformer la vielle Loi sur les mines pour mieux protéger leurs droits et pour donner aux autorités responsables tous les moyens nécessaires d’assurer un contrôle serré des projets et de leurs impacts » insiste Me Nicole Kirouac, personne-ressource du Comité vigilance de Malartic (projet Osisko, Abitibi-Témiscamingue).

« Malgré deux projets de loi, deux commissions parlementaires, deux rapports du Vérificateur général et une centaine de mémoires présentés à l’Assemblée nationale depuis 2009, le Québec ne s’est toujours pas doté de nouvelles mesures pour mieux encadrer le secteur minier. C’est encore l’État et les Québécois qui payent à fort prix ce manque d’encadrement » conclut Christian Simard, directeur général de Nature Québec et coporte-parole de Québec meilleure mine!

Le court questionnaire comporte neuf questions qui touchent autant les enjeux sociaux et environnementaux du développement minier, que ceux économiques. Les partis ont jusqu’au 22 août 2012 pour y répondre.

-30-

Pour information:

- Ugo Lapointe, porte-parole de Québec meilleure mine!, 514-708-0134
- Christian Simard, directeur général de Nature Québec, 418-928-1150
- Me Nicole Kirouac, personne-ressource,
  Comité vigilance de Malartic, 819-354-1911