À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

LE STATU QUO A ASSEZ DURÉ: IL FAUT AGIR

Communiqué

field_soustitre[0]['view']; ?>

 Québec, lundi 1er octobre 2012. « Le statu quo a assez duré. Après deux projets de loi avortés, deux commissions parlementaires et deux rapports du Vérificateur général en moins de trois ans, c’est le temps d’agir et de poser des gestes concrets ! », voilà comment réagit la coalition Québec meilleure mine ! suite à l’intention annoncée de l’industrie minière de mettre sur pied une table de discussion sans d’abord s’engager à appuyer des changements concrets aux lois actuelles.

 
« En proposant une table de discussion, on a surtout l’impression que l’industrie cherche à faire durer le statu quo et à retarder encore une fois toute forme de changements dans les lois actuelles, comme la vieille Loi sur les mines qui a déjà fait l’objet de deux projets de loi. L’industrie a-t-elle des changements concrets à proposer pour resserrer les lois actuelles ou souhaite-t-elle encore et avant tout gagner du temps pour faire durer le statu quo ? Le public doit savoir où se loge l’industrie sur cette question. Après cela, on verra s’il est toujours pertinent de parler d’une table de discussion », affirme Ugo Lapointe de Québec meilleure mine !
 
La coalition Québec meilleure mine ! se questionne aussi sur le fait que l’industrie minière fasse la proposition d’une table de discussion à la suite de la divulgation du Bilan sur l’avenir minier de l’Institut du nouveau monde (INM), le 24 septembre dernier. « Comment comprendre le silence complet de l’industrie minière face aux nombreux constats que fait le bilan de l’INM en faveur de changements majeurs dans le secteur minier ? L’industrie cherche-t-elle à cacher ces constats, qui sont pourtant très clairs et qui confirment tout le travail et les revendications que nous menons depuis maintenant cinq ans ? », demande Me Nicole Kirouac, avocate et personne-ressource auprès du Comité vigilance de Malartic.
 
Le récent bilan de l’INM, auquel l’industrie affirme portant souscrire, confirme la nécessité de revoir « les pouvoirs indus » accordés à l’industrie minière par la Loi sur les mines. Il confirme également la nécessité d’assurer un plus grand contrôle environnemental des projets sur le territoire, ainsi que de la nécessité de placer « l’acceptabilité sociale » au-devant du free mining. Le bilan prône également beaucoup plus de transparence dans les redevances payées par chaque mine, ainsi que la mise sur pied d’un fonds souverain pour les générations futures. « Nous demandons à l’industrie de se prononcer clairement sur ces enjeux et de s’engager à soutenir des changements concrets dans les lois actuelles plutôt qu’à faire durer le statu quo plus longtemps », conclut Christian Simard de Nature Québec.
 
Voir les faits saillants et notre réaction au bilan l’INM ici.
 
Voir nos récentes demandes émises au gouvernement du Québec ici.
 
Voir les engagements pris par chacun des partis politiques lors des dernières élections ici.
 
-30-
 
Pour informations :
-          Ugo Lapointe, porte-parole Québec meilleure mine, 514-708-0134
-          Me Nicole Kirouac, avocate auprès du Comité vigilance de Malartic, 819-354-1911
-          Christian Simard, directeur général de Nature Québec, 418-928-1150