À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

LA LOI DES MINES AVANT LA LOI DIVINE, LA COLÈRE MONTE !

Communiqué
Mots-clés:

RICHARD DESJARDINS ET CHRISTIAN VANASSE UNISSENT LEURS VOIX

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Montréal, le lundi 6 décembre 2010. L’auteur-compositeur et vice-président de l’Action boréale de l’Abitibi-Témiscamingue, Richard Desjardins, et Christian Vanasse, Zapartiste et conseiller municipal de Saint-Jude, unissent leurs voix à celles d’une vaste majorité de citoyens et d’organismes qui demandent d’abolir la préséance de la Loi sur les mines par rapport aux droits des citoyens, des municipalités et des autres utilisateurs du territoire. « Il y un dicton en Abitibi-Témiscamingue qui dit que la Loi des mines passe avant la loi divine. Avec le boom actuel de l’or et des gaz de schiste, même l’bon Dieu commence à avoir peur d’être exproprié ! » dénonce Richard Desjardins.

Christian Vanasse insiste : « On sent la colère monter dans la population. Les citoyens, les agriculteurs et les municipalités se rendent maintenant compte que la Loi sur les mines passe avant eux. C’est le monde à l’envers ! S’il y a une préséance à donner à quelqu’un, c’est aux citoyens, aux villes et aux villages, et non à des compagnies privées ! ».

Richard Desjardins et Christian Vanasse unissent ainsi leurs voix au monde municipal, aux écologistes et à de nombreux autres organismes qui demandent d’abolir le régime de privilèges accordés par la Loi sur les mines. « C’est un régime qui s’appuie sur le free mining, un vieux système colonial qui date des ruées vers l’or du 19e siècle », explique Richard Desjardins.

On veut votre bien, pis on va l’avoir

« On nous dit que les compagnies doivent s’entendre de ‘gré à gré’ avec nous avant de débarquer sur nos terrains. Mais, dans les faits, la Loi sur les mines leur donne le droit de nous exproprier si on dit non, même pour des travaux préliminaires d’exploration. Il est où le ‘gré à gré’ là-dedans ?», se demande Christian Vanasse. « Le free mining est l’un des seuls systèmes qui permet encore aujourd’hui d’exproprier le bien public pour l’intérêt privé », dénonce Richard Desjardins.

Du Kanasuta au Richelieu

« La Loi sur les mines nous empêche également de protéger des trésors de notre territoire. Que ce soit du joyau écologique Kanasuta en Abitibi aux terres ancestrales de la vallée du Richelieu, une fois qu’ils sont claimés, on ne peut plus les protéger. Des paradis perdus. La Loi sur les mines avant la loi divine », répète Richard Desjardins.

Rappelons que le projet de loi 79 sur les mines ne propose aucune nouvelle modification permettant d’abolir la préséance de la Loi sur les mines sur les droits des citoyens, des municipalités et des autres utilisateurs du territoire.

-30-
Pour information :
- Henri Jacob, Action boréale Abitibi-Témiscamingue, 819-860-1655, lereve@cablevision.qc.ca
- Ugo Lapointe, Coalition Québec meilleure mine!, 514-708-0134, ulapointe_quebecmeilleuremine@yahoo.com
_____

La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine ! a vu le jour au printemps 2008 et est aujourd’hui constituée de plus d’une quinzaine d’organismes représentant plusieurs milliers de membres au Québec. La coalition s’est donnée pour mission de revoir la façon dont on encadre et développe le secteur minier au Québec, dans le but de promouvoir de meilleures pratiques aux plans social et environnemental.