À propos

La coalition a pour mission d'engager le Québec dans une réforme en profondeur de l'exploration et de l'exploitation de ses ressources minérales afin de permettre le développement futur du secteur tout en assurant une protection accrue de l’environnement et de la qualité de vie des citoyens.

TwitterFacebookRSSRecevez nos nouvelles par courriel

Lisez le rapport

Étude sur la mine Osisko à Malartic: 1 personne sur 3 en détresse psychologique, 1 sur 3 veut quitter

Communiqué

Résumé de l’étude >

 
 
Quelques faits saillants :
 
  • 306 répondants sélectionnés au hasard, dont près de 40% travaillent ou un membre de la famille qui travaille pour la minière Osisko.
  • 1 personne sur 2 souhaite déménager, dont 1 personne sur 3 à l’extérieur de Malartic.
  • 1 personne sur 3 vit une détresse psychologique (34%), 50% de plus que la moyenne régionale
  • Plus de 60% des répondants sont inquiets pour leur santé
  • Plus de 60% affirment être affectés négativement par les dynamitages (secousses / impacts sur maisons, etc.), la poussière (qualité de l’air), le bruit et l’état général de l’environnement.
  • Plus de 45% des répondants ne sont pas satisfaits de l’information véhiculée par la compagnie Osisko concernant les risques pour la santé et le respect des normes.
  • Paradoxalement, 84% des répondants se disent généralement satisfaits de leur qualité de vie, quoique ce taux diminue à 65% dans le quartier le plus près de la mine.
  • Étude réalisée par la Chaire Desjardins en développement des petites collectivités de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (CDDPC-UQAT)
Nos conclusions :
 
  1. Il faut cesser de marginaliser les familles et les citoyens qui subissent des stress, détresses psychologiques et pertes de qualité de vie à cause de mégaprojets miniers. Il faut tout mette en œuvre pour leur offrir rapidement un support juridique, technique et/ou psychologique face aux conséquences négatives et face aux cies minières qui deviennent trop souvent « rois et maîtres » dans leur communauté (et aussi trop souvent avec la complicité des élus locaux…) 
  1. Il faut que le gouvernement « mette ses culottes » et resserre rapidement le contrôle des impacts miniers sur le terrain (respect et application des normes en allouant les ressources nécessaires aux ministères responsables).
  1. Il faut aussi se demander si toutes les mines sont acceptables, ou non, en milieux habités… ou non habités…